Mâcher c’est bon pour la santé

par | 7 Août 2018 | Articles, Dents et santé | 0 commentaires

Caries dentaires, mauvaises digestion, surpoids, fatigue tout cela pourrait venir d’un manque de mastication. En effet, prendre le temps de mâcher n’est pas une option, c’est une nécessité si l’on veut garder un corps en bonne santé. 

Préparer la croissance des mâchoires

Cela commence avant les dents. L’allaitement au sein maternel participe grandement au développement des mâchoires, donc prépare l’arrivée des futures dents afin que celles-ci aient toute la place de sortir bien alignées. Si l’alimentation au biberon est nécessaire, il faut veiller à ce que le débit de la tétine soit très faible pour que l’enfant active et stimule efficacement ses muscles du visage (joues et lèvres) lors de l’alimentation en simulant l’effort de l’allaitement maternel. 

Solliciter le reflexe de mastication

Lors du passage à la nourriture à la cuillère, même si les premiers repas sont très lisses et bien mixés, il faudra dès l’apparition des premières dents, diminuer le mixage et laisser progressivement des petits morceaux à l’intérieur de la purée. Car, en effet, c’est la présence de morceaux à l’intérieur de l’alimentation qui va déclencher le reflexe de mastication à partir du moment où la première dent arrive sur l’arcade. Troquez vite le mixeur pour une fourchette afin d’écraser les légumes. C’est la première méthode simple qui permet de prévenir les traitements orthodontiques longs, pénibles et couteux. 

Mastication et santé dentaire

Une bonne mastication précoce permet donc à toutes les dents de venir s’installer correctement sur l’arcade et de permettre aux dents du haut de venir bien s’emboiter avec les dents du bas. C’est ce qui va permettre une occlusion dentaire équilibrée naturellement, sans besoin d’orthodontie. 

Une fois que les dents sont en place, il faudra veiller à nourrir les enfants avec une alimentation ferme qui nécessite une bonne mastication. La mastication favorise la santé des dents car elle diminue également le risque de carie en favorisant un auto-nettoyage des surfaces dentaires et une stimulation saine des gencives. 

Mastication et digestion

En broyant les aliments, la mastication permet de découper les protéines en plus petites particules, ce qui allège la digestion. La salive participe également à la digestion des amidons qui ne se digèrent qu’en bouche avec l’amylase salivaire. C’est pour cela que les aliments doivent être bien mélangés avec la salive avant d’être avalés, favorisant une prédigestion. Une mastication longue et efficace permet également de retrouver la sensation d’appétit et de satiété ce qui est une base de la régulation du poids et permet une meilleure assimilation de tous les nutriments, minéraux et vitamines dans l’organisme. Cela évite également de stocker les aliments en fabricant de mauvaises graisses. Lorsque les aliments ne sont pas assez mastiqués cela rallonge la digestion des aliments et provoque une sensation de fatigue, fatigue après les repas mais également fatigue chronique en cas de grignotage permanent, car les intestins travaillent en permanence à digérer des choses qui auraient déjà du être pré digérées dans la bouche. Manger vite favorise également le diabète car les enzymes salivaires n’ont pas pu commencer à pré digérer les sucres. 

Mastication et mémoire 

Des études d’imagerie cérébrale ainsi que des études scientifiques ont également révélé que la mastication stimulait plusieurs régions du cerveau comme d’hippocampe et le cervelet avec leur action respective dans la mémorisation et la coordination. Des études ont montré que des personnes âgées ayant perdu leur capacité masticatoire étaient beaucoup plus sujettes aux maladies neurodégénératives. Chez la personne âgée, la qualité des dents est également proportionnelle à l’intensité de la mastication. 

Mastication et alimentation

Les aberrations alimentaires et l’hygiène de vie actuelle (tabac, excès de sucre, surpoids, syndrome métabolique, diabète de type 2) avec toutes les carences et les intoxications associées, entrainent des maladies parodontales profondes et chroniques qui amènent dans la plupart du temps, après 50 ans, à la perte de dents souvent saines. Les prothèses dentaires, qu’elles soient fixes (implants, bridges) ou amovibles (appareils dentaires mobiles) ne remplaceront jamais la qualité d’une mastication avec des dents naturelles. 

Cela montre encore toute l’importance de la prévention dentaire, de l’hygiène buccale, de l’hygiène de vie, de l’hygiène alimentaire et des contrôles réguliers chez votre chirurgien-dentiste afin de prévenir toutes pathologies dormantes.

Conserver une bonne dentition est essentielle pour pouvoir mastiquer correctement, mieux assimiler les nutriments et bien vieillir, naturellement ! 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *