Naissance prématurée et maladie des gencives

par | 6 Déc 2016 | Articles, Dents et santé | 0 commentaires

Depuis plus de 15 ans, près d’un bébé sur 10 nait prématurément. Un lien a été scientifiquement établi entre la maladie parodontale (infection de la gencive et de l’os autour des dents) de la femme enceinte et la survenue d’une naissance prématurée. 
 
Hormones et gencives
 
Le placenta pendant la grossesse secrète 19 fois plus de progestérone et 30 fois plus d’œstradiol. Cela provoque une hyper vascularisation, un œdème et une congestion des gencives ce qui favorise la multiplication de certains germes. Certains chercheurs ont constaté que la salive de la femme enceinte était plus acide et que des bactéries spécifiques se développeraient entre les gencives et la dent créant ce qu’on appelle la poche parodontale.
 
La gingivite gravidique
 
Elle est très fréquente pendant la grossesse. Elle est réversible avec une hygiène parfaite. Elle est progressive du 2e au 8e mois mais n’amplifie qu’une gingivite déjà présente avant la grossesse. Les gonflements et les saignements des gencives disparaissent généralement après l’accouchement.
 
L’épulis de la grossesse
 
Cela ressemble à un petit kyste ou une petite verrue qui se développe sur la papille inter dentaire. Apparait vers le 3e mois et disparait à la fin de l’allaitement, il a tendance à récidiver et à s’aggraver à chaque grossesse.
 
La parodontite
 
Elle s’installe de manière irréversible pendant la grossesse si elle était déjà présente avant. Souvent associée à un syndrome métabolique (surpoids et déséquilibre alimentaire), à des pathologies cardio-vasculaires, diabète, broncho-pneumopathie chronique, polyarthrite rhumatoïde ou pathologies intestinales, la parodontite installée est un facteur augmentant de manière très significative le risque d’accouchement prématuré.
 
Accouchement prématuré et maladie parodontale
 
La prématurité désigne toute naissance entre 37 et 22 semaines au lieu de 40 semaines d’aménorrhée. Les conséquences ont un impact tout au long de la vie avec parfois un handicap. La prématurité est la principale cause de mortalité périnatale avec des bébés pesant moins de 500 grammes.
Des chercheurs en 1996 (Offenbacher) et en 2002 (Mac Gaw) ont confirmé qu’une femme enceinte atteinte d’une parodontite a un risque 3 fois plus élevé de donner naissance à un enfant prématuré et cela selon plusieurs processus schématisés dans le tableau ci-dessous du Docteur Sophie Vincent, Lauréate du prix de thèse UFSBD 2014
parodonte-inflammatoire-gencive-sangSMLXL

 
Les toxines et les bactéries présentes dans la gencive infectée de la maladie parodontale vont soit directement, soit par l’intermédiaire du foie, induire une inflammation et une infection du placenta provoquant :
  • Naissance prématurée
  • Mortalité
  • Malformations irréversibles
  • Nouveau-né de faible poids
Un problème d’information
 
On se rend compte malheureusement encore aujourd’hui que beaucoup de dentistes ne savent pas diagnostiquer une maladie parodontale et continuent à la traiter avec de simples détartrages qui ne font qu’aggraver le problème.
Beaucoup de patients banalisent le saignement des gencives et ne veulent pas investir dans des traitements parodontaux longs et couteux car ils ne comprennent pas l’enjeu de ces soins non remboursés par la Sécurité Sociale.
Les gynécologues obstétriciens, les sages-femmes n’ont pas non plus l’information et la formation pour guider et conseiller les futures mamans dans ce domaine.
 
Prévention chez la femme enceinte
 
Depuis peu, il existe un examen de prévention bucco-dentaire spécifique à la maternité. Même si c’est mieux que rien, à mon avis c’est trop tard. Un traitement de fond des gencives est long, nécessite radios, anesthésies, huiles essentielles (antibiotiques parfois) curetage au laser, traitement du foie et des intestins. En conclusion tout ce qu’il faut éviter pendant la grossesse !
Le dentiste ne pourra que faire un soin superficiel en évitant la flambée inflammatoire et infectieuse, mais il faudra entamer un traitement sérieux à la fin de l’allaitement.
 
La vraie prévention n’a de sens qu’en une action AVANT la grossesse pour que cette période précieuse se déroule en toute quiétude.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *