Psoriasis et dents dévitalisées

par | 8 Oct 2019 | Articles, Dents et santé | 0 commentaires

Déjà en 2015, sur ce blog nous vous parlions du lien entre les maladies parodontales et le psoriasis. Comme les gencives infectées, les dents dévitalisées sont des « nids » à bactéries qui bombardent le corps de toxines 24h/24 

DENTS DEVITALISÉES TOXIQUES

Comme vous pouvez le voir dans cette photo, le canal dentaire n’est pas un long fleuve tranquille. La présence de nombreux canaux accessoires associés aux différents tubulis dentinaires en font un réservoir à bactéries et même parfois si on arrive à enlever toutes les bactéries, les toxines issues de ces bactéries restent encore enchâssées dans tous les canaux accessoires. L’analyse d’une dent dévitalisée révèle la présence de méthyl mercaptan, d’acide sulfurique, d’acide propionique, d’acide butyrique, de putrescine et de cadavérine. Toutes ces toxines et les bactéries qui y sont associées s’échappent de la dent dévitalisée par la pointe de la racine mais également par tous les tubulis des racines dentaires, un peu comme une éponge. Ces toxines et bactéries vont ainsi se balader dans la circulation sanguine et se fixer sur toute une série d’organes à distance.

QUE SE PASSE-T-IL DANS LES DENTS DEVITALISÉES ?

Sans avoir fait de longues études scientifiques, il est facile de comprendre que toutes ces toxines n’ont pas un effet anodin sur notre santé. La présence de toxines d’origine bactérienne stimule le système immunitaire et provoque une inflammation afin d’éradiquer la source pathologique. Le corps a souvent besoin, en complément, de l’aide de molécules anti bactériennes pour éliminer les bactéries à l’origine du problème. Autant nos cellules de défense, que les molécules antibactériennes, doivent être amenées vers le site infecté par la circulation sanguine afin de pouvoir agir. Or dans une dent dévitalisée, il n’y a plus de vaisseaux sanguins donc la désinfection naturelle ou médicamenteuse est limitée. L’infection et l’inflammation deviennent chronique mettant le corps en épuisement immunitaire et en inflammation chronique.

UN CORPS EN EPUISEMENT IMMUNITAIRE

L’épuisement immunitaire et l’inflammation chronique font le lit de nombreuses maladies. Ceci est très important pour les personnes atteintes de toute maladie inflammatoire chronique et le psoriasis en fait partie.

L’inflammation chronique se retrouve également au niveau de la paroi intestinale qui ne peut plus jouer son rôle de filtre. Les carences minérales et vitaminiques deviennent importantes. Les systèmes métaboliques et hormonaux se dérèglent à cause de ces carences.

Cancer, psoriasis, maladies cardiaques, « maladies auto-immunes», diabète, asthme, maladies neurodégénératives, obésité, problèmes hormonaux, problèmes intestinaux tels que la maladie de Crohn ou la colite, sclérose en plaques, la fibromyalgie, la polyarthrite rhumatoïde, fatigue chronique … peuvent tous être causés par ce terrain affaibli.

DENTS DEVITALISÉES RECHERCHES SCIENTIFIQUES 

Rares sont les scientifiques qui ont travaillé sur la toxicité des dents dévitalisées. Au début du siècle dernier, des stomatologues américains, (Mening et Price) ont été les premiers sonneurs d’alerte, puis Huggins qui a mené de front jusqu’à sa mort en 2014 son combat contre l’amalgame et les dents dévitalisées. 

De nos jours, le Dr. Stuart Nunnally DDS, a publié un document sur l’inhibition enzymatique associée aux toxines s’écoulant des dents ayant subi un traitement de canal.

Les dents dévitalisées bloquent les enzymes génératrices d’ATP ( = molécule-clef du métabolisme énergétique de l’organisme)

L’article du professeur Nunnally, intitulé « Inhibition enzymatique in vitro associée aux dents traitées endodontiquement et asymptomatique: résultats d’un échantillon de 25 fragments de racines extraites», présente les résultats des effets des dents traitées de manière endodontique (dévitalisations dentaires) sur les enzymes importantes impliquées dans la production d’énergie (molécule d’ATP). [1]

Pendant les 3 années de son étude, le Dr Nunnally a extrait 87 dents dévitalisées. Tous les patients qui ont décidé de retirer leurs dents dévitalisées avaient noté une détérioration de leur état de santé général après la dévitalisation et leurs prestataires de soins avaient évoqué le lien entre les dents dévitalisées et la santé systémique.

Le Dr Nunnally a analysé les 87 radiographies de dents dévitalisées, ainsi que trois autres évaluateurs indépendants. Tous ont unanimement convenu de l’inclusion de 25 de ces dents dans l’étude. Toutes les dents incluses ne devaient présenter aucun signe de pathologie ou de problème mécanique lors du travail effectué sur ces dents par les dentistes.

En d’autres termes, les dents dévitalisées utilisées dans l’étude ont été traitées avec succès par la médecine moderne (ce qui a été validé radiologiquement) et ont également été considérées comme sûres étant donné que les patients n’ont signalé aucune douleur associée à ces dents. Les dents ont été extraites parce que les patients ont décidé de les faire retirer pour d’autres raisons que la douleur dentaire.

Les fragments de racines des dents testées ont été soigneusement préparés afin de minimiser l’impact des matériaux de restauration comme le mercure dans les obturations et les couronnes métalliques, céramiques ou métallo céramiques.

Tous les fragments de racine ont été lavés trois fois dans de l’eau distillée puis l’eau du troisième lavage a été utilisée pour tester l’inhibition de chacune des 6 enzymes. L’inhibition a été quantifiée en utilisant une technique de marquage par photo-affinité nucléotidique.

 L’inhibition enzymatique des fragments de racines de ces dents a été mesurée par rapport aux 6 enzymes disponibles dans le commerce, produites naturellement par l’organisme et fortement impliquées dans la production de l’ATP cellulaire. Toutes les enzymes testées sont d’une importance cruciale pour la santé humaine, toute inhibition peut donc entraîner de graves problèmes de santé.

CONCLUSIONS DE L’ETUDE SCIENTIFIQUE

L’inhibition moyenne des enzymes était de 65,6%, ce qui représente une toxicité grave selon le laboratoire de biosciences des technologies de marquage par affinité (ALT) où les échantillons ont été testés.

Le Dr. Stuart Nunnally DDS déclare dans son article :

« Comme aucun groupe témoin n’a été utilisé, il est difficile de savoir si ces résultats in vitro ont une pertinence clinique significative. Il est impossible de savoir si des fragments de racines de dents vivantes produiraient moins d’inhibition enzymatique par rapport aux fragments de racines de dents dévitalisées. Il est également difficile d’établir une corrélation entre ces résultats in vitro et l’état de santé clinique du patient. Il est également possible que les fragments de racines aient été contaminés par du mercure ou d’autres substances, même si des échantillons ont été choisis avec soin pour minimiser ces effets. Aucun des fragments de racine n’a été analysé ou cultivé. Ces résultats ne peuvent donc être considérés que comme une approche très préliminaire. »

ENZYMES ET DENTS DEVITALISÉES

Phosphorylase kinase – Participe au développement et à la croissance du corps chez les enfants.

Phosphorylase A – Fortement impliquées dans la production d’énergie. Si quelque chose interfère avec ces enzymes, vous pouvez développer une faiblesse musculaire, de la fatigue, des crampes. Dans le corps tout dépend de la production d’énergie.

Pyruvate kinase – il s’agit d’une enzyme cruciale pour les globules rouges. Cette enzyme est impliquée dans la dernière étape de la glycolyse où le pyruvate est formé. Des problèmes génétiques liés à cette enzyme ou à une toxicité qui affecte négativement l’enzyme entraîneront un appauvrissement en globules rouges.

Phosphoglycerate kinase – cette enzyme dépendante du magnésium est impliquée dans la première étape de la glycolyse. La carence en cette enzyme est liée aux maladies musculaires (myopathies), aux troubles mentaux et à l’anémie hémolytique.

Créatine kinase – catalyse la conversion de la créatine et de l’ATP pour créer de la phosphocréatine. Les cellules musculaires sont particulièrement dépendantes de cette enzyme et c’est la raison pour laquelle les athlètes utilisent la créatine (et non l’enzyme créatine kinase) pour améliorer leurs performances. Cependant, les autres tissus comme les cheveux, la rétine et les cellules du cerveau dépendent de cette enzyme. Les problèmes avec cette enzyme sont les faiblesses musculaires et pertes musculaires. La fatigue est un autre effet suspecté du déficit en créatine kinase.

Adénylate kinase – une enzyme responsable de l’homéostasie énergétique dans les cellules. C’est également une enzyme dépendante du magnésium, une carence en ce minéral affectera donc également l’activité enzymatique.

Remarque : la glycolyse est une conversion du glucose (le principal nutriment glucidique issu des amidons et des sucres que nous consommons) en pyruvate. L’énergie libérée au cours de ce processus est utilisée pour fabriquer l’ATP – le combustible principal des cellules.

Nos remerciements à Sophie, une fidèle internaute, pour la traduction et le transfert des liens.

source de cet article: https://www.psoriasisdietplan.com/2017/11/root-canals-may-cause-psoriasis/

https://www.theguardian.com/media/2019/feb/27/netflix-root-cause-pulled-root-canals-cancer

https://www.inquirer.com/opinion/commentary/root-cause-netflix-remove-dentists-20190401.html

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *