Dentisterie holistique : les différentes compétences

par | 19 Mai 2020 | Articles, Dents et santé | 4 commentaires

Les chirurgiens-dentistes ayant une approche globale et naturelle font appel aux médecines naturelles en complément de leurs soins et des médicaments allopathiques. Les patients sont demandeurs d’un concept global de santé visant à utiliser des thérapeutiques ayant le moins d’effets secondaires possibles et considérant le corps dans sa globalité. L’arsenal thérapeutique que peuvent utiliser les dentistes est assez large. Chaque technique a sa spécificité et son utilité…

Les médecines alternatives sont les médecines de terrain par excellence, mais elles ont également beaucoup d’indications symptomatiques. Leur emploi en dentisterie répond à cette vision holistique et non iatrogène.

ACUPUNCTURE : le chirurgien dentiste utilise surtout l’acupuncture en symptomatique (inflammation, douleur aiguë, analgésie, drainage des anesthésiques). Pour un traitement de fond (polycaries, maladies parodontales, intolérance aux anesthésiques, aphtoses récidivantes, bruxisme, stress) parallèlement aux soins locaux, il travaillera en collaboration avec un médecin acupuncteur.

AROMATHERAPIE : c’est le traitement par les huiles essentielles. La plus utilisée en dentisterie, est l’huile essentielle de clou de girofle. Les huiles essentielles utilisées en dentisterie ont une action locale antalgique et cicatrisante sur les dents et les gencives. Certaines ont même une action antibactérienne en application locale ou par voie générale. On peut les utiliser en complément ou à la place d’une prescription allopathique.

AURICULOTHERAPIE : c’est de l’acupuncture auriculaire qui repose sur les découvertes et travaux du Dr Paul Nogier inspiré de la médecine chinoise. Toutes les dents sont représentées dans le pavillon de l’oreille. Des zones et des points deviennent douloureux sur l’oreille externe lorsque l’organe associé est en dysfonction. Le chirurgien dentiste formé à cette méthode pourra l’utiliser entre autre, pour diminuer l’intolérance aux anesthésies, déspasmer des mâchoires bloquées, calmer des poussées de dents de sagesse douloureuses.

HOMEOPATHIE : très utilisée en symptomatique (douleurs, infections, inflammations) elle agit également sur le terrain par la prescription d’un traitement de fond. S’appuyant sur la loi de similitude, on prescrit à dose infinitésimale une substance qui, à forte dose ou dose pondérale, provoquerait les mêmes symptômes que l’on veut traiter. On tient compte de l’individualité du patient.

HYPNOSE : C’est un processus qui permet naturellement ou de façon provoquée, de modifier un état de conscience. Plus précisément, l’hypnose permet de passer d’un état de conscience logique à une conscience figurative, imaginaire par le principe de l’induction. Le chirurgien-dentiste pratiquant l’hypnose ericksonnienne induit un état modifié de conscience qui permet d’accéder à l’inconscient pour lever par exemple la peur des soins dentaires. En état d’hypnose, le cerveau produit des endorphines, hormones du bien-être, qui vont lever toute inhibition et permettre au patient inquiet de se faire soigner sans stress. On peut même sous hypnose faire des soins sans anesthésie.

MICRONUTRITION : les compléments alimentaires sont très utilisés en dentisterie. Ils ont plusieurs rôles :

  • palier les carences en vitamines et oligoéléments,
  • régulation de l’équilibre acido-basique,
  • augmentation des défenses immunitaires,
  • désintoxication des métaux lourds,
  • consolidation de l’émail dentaire,
  • régénération de l’os alvéolaire.

NEURALTHERAPIE : c’est une technique qui permet de traiter les cicatrices pathologiques. Après une extraction, l’os peut garder la mémoire de la dent avec l’énergie négative de sa pathologie. Cette zone peut continuer à envoyer des toxines sur les organes à distance. L’injection de quelques gouttes d’anesthésique dans ces zones dites de « fuite énergétique » permet de relancer la cicatrisation et neutraliser son effet toxique.

OSTEOPATHIE : elle harmonise la circulation de tous les fluides du corps en libérant les tensions qui empêchent l’énergie de circuler. En dentaire, c’est surtout l’ostéopathie crânienne qui est pratiquée. L’ostéopathe ou le dentiste formé en ostéopathie, travaillent sur les mouvements osseux et fluidiques de

la face, du crâne et des cervicales mais aussi sur toutes les zones du corps présentant des blocages.

Complémentaire des traitements de l’occlusion, l’ostéopathie crânienne permet également d’agir sur des zones inflammatoires ou spasmées.

Il existe des techniques ostéopathiques où la dent est directement manipulée soit pour l’aider à se déplacer lors d’un traitement d’orthodontie, soit pour lui redonner sa mobilité physiologique après une dévitalisation ou un traumatisme.

POSTUROLOGIE : elle prend en compte l’équilibre du corps dans les trois directions de l’espace. Elle travaille sur les chaînes musculaires pour les harmoniser. L’harmonie retrouvée permet au corps de fonctionner sans douleur. La posturologie et la dentisterie sont deux disciplines étroitement liées. En effet, la manière dont les dents du haut s’emboîtent avec les dents du bas conditionne la position de la mandibule. Cette position mandibulaire, par l’intermédiaire des chaînes musculaires, influence toute la posture du corps, du cou jusqu’à la plante des pieds. Des tensions s’associent à ces déséquilibres avec, bien souvent, des douleurs. Le traitement de l’occlusion, pour être stable dans le temps, doit être associé à un traitement postural par un posturologue et podologue.

PHYTOTHERAPIE : c’est l’utilisation des plantes en doses pondérales par bains de bouche, applications locales ou voie générale. En dentaire, on apprécie celles qui ont des propriétés cicatrisantes, désinfectantes. En médecine traditionnelle chinoise, la phytothérapie à base de plantes chinoises associées à des éléments minéraux et animaux, fournit un éventail thérapeutique qui trouve de nombreuses indications dans le domaine dentaire (infection, lésion d’un nerf, névralgies, inflammation, aphtes, herpès…).

Il est rare qu’un seul praticien maitrise toutes ces spécialités, mais comme vous avez pu le constater, les indications sont souvent identiques et le chirurgien dentiste pourra appliquer la méthode avec laquelle il se sent le plus efficace ou allier plusieurs méthodes en fonction des pathologies et des patients.

4 Commentaires

  1. Brigitte FEGAR

    J’ai suivi certaines de ces thérapies tout au long de ma  » carrière dentaire » semée d’embûches.
    Aujourd’hui, après être allée au bout du bout, j’en suis à la phase des implants car aucune autre solution ne m’a été proposée à ce jour. J’ai fait pratiquer une greffe osseuse l’an dernier et j’attends la suite du protocole implantaire. Mais y aurait-il une solution différente que la recherche et la science seraient en mesure de mettre en place ( cellules souches ou autre)? Sinon, pourriez-vous m’orienter vers un praticien de dentisterie holistique susceptible de m’éclairer sur d’autres solutions que les implants? Par avance, merci de votre attention. Très cordialement

    Réponse
  2. Lhuillier

    Bonjour,
    Pouvez-vous me donner l’adresse d’un chirurgien dentiste holistique dans l’Oise ou la région parisienne ? Je ne sais plus où chercher…
    Merci par avance
    Muriel lhuillier

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *