Le Bonheur est dans les dents

par | 12 Juin 2018 | Articles | 0 commentaires

La sérotonine, hormone du bonheur, possèderait des récepteurs dans les dents…

Dents et vieillissement du cerveau

 

La perte des dents et la modification de l’occlusion dentaire, (c’est-à-dire de la manière dont les dents du bas entrent en contact avec les dents du haut), ont une influence sur le vieillissement du cerveau. Des expérimentations menées par la faculté de Clermont Ferrand ont démontré les liens entre la mastication et les capacités de mémorisation. Une insuffisance ou une incapacité à mastiquer, soit à cause d’une alimentation trop molle, soit à cause de la perte des dents diminuerait les fonctions cognitives. C’est dans l’hippocampe que sont centralisés les différents types de mémoires.

 

Les pensées positives créent de nouveaux neurones

 

Des études scientifiques en neurosciences ont montré que la gratitude, l’empathie, l’altruisme et la bienveillance, la reconnaissance, augmenteraient la création de nouveaux neurones dans l’hippocampe et les anciens neurones dans le cerveau pourraient se régénérer en cas d’overdose de bonheur !

Le Docteur Bruce Lipton, biologiste américain, a centré tous ses travaux sur l’épigénétisme, c’est-à-dire l’influence de l’environnement sur l’expression ou non de caractères génétiques. Il en est arrivé à démontrer l’influence de la pensée sur l’être humain, et en particulier sur sa santé.

 

Action de la pensée sur les dents

 

« Les pensées sont des choses » dit le Docteur Morter, chiropracteur américain. Les pensées sont de la matière et elles agissent et inter agissent avec la matière, d’autant plus si cette matière a une structure cristalline comme les dents.

Le Docteur Michèle Caffin, chirurgien-dentiste, s’intéresse depuis des années à l’influence de nos émotions et de nos pensées sur la santé dentaire. Elle s’est intéressée à la sérotonine, l’hormone du bonheur, qui est un neuro transmetteur de l’hippocampe. La sérotonine transmet des informations émotionnelles vers nos dents qui possèdent des récepteurs à la sérotonine. Ainsi, on pourrait mieux comprendre pourquoi les caries sont plus fréquentes pendant les longues périodes de tristesse et de malheur.

Aucune étude n’a encore été faite pour savoir si les gens avec toutes leurs dents étaient plus heureux que ceux qui les avaient perdues. 

Le bonheur serait il dans les dents ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *