Les français et leur santé dentaire

par | 9 Mai 2017 | Articles, Dents et santé | 0 commentaires

Rien de nouveau dans les chaumières…. On savait depuis longtemps que les français, d’une manière générale, ne sont pas des adeptes de la brosse à dents ni des contrôles réguliers chez leur dentiste. C’est pour transformer cela que NatureBio Dental a été crée et bravo à vous cher internaute, de nous lire si régulièrement.
 
A l’occasion de la journée mondiale de la santé bucco-dentaire, le 20 mars dernier, l’UFSBD et le laboratoire Pierre Fabre Oral Care ont mené une enquête auprès de 19 000 français via Facebook, Twitter et internet sur la relation des sondés avec leurs dents et leur santé. 
 
NatureBio Dental a été créé pour sensibiliser à la santé dentaire
 
Les résultats sont édifiants et montrent tout le chemin qu’il reste à parcourir dans le rôle éducateur des professions de santé. J’en profite donc au passage pour féliciter le travail de NatureBio Dental qui œuvre tous les jours pour permettre à chacun d’améliorer sa santé dentaire et par voie de conséquence sa santé générale. Merci également à tous ces éveilleurs de conscience dont la prose, les conférences ou les interviews plantent jour après jour des graines, faisant, tel le colibri, leur part de cette vaste mission.
 
Faire le lien entre santé dentaire et santé globale
 
Premier constat inquiétant : 46 % des sondés ne fait pas le lien entre les problèmes dentaire et la répercussion sur leur santé globale. Les messages dans ce sens commencent timidement à apparaitre dans les médias et les slogans publicitaires, mais le pire c’est que très peu de médecins également sont conscients de ce lien.
Quand vous allez chez votre médecin généraliste, vous pose-t-il des questions sur vos dents ?  Vous demande-t-il si vous saignez des gencives ? Vous demande-t-il si vous avez eu des soins dentaires récemment ? Votre thérapeute prend-il en considération votre état de santé dentaire pour poser son diagnostic et trouver l’origine de vos maux ? Donc pour commencer à la base, il faudrait qu’à la fac de médecine, les étudiants soient formés à l’importance des dents et à la répercussion des maladies bucco-dentaire sur l’état de santé général. J’ai déjà écrit de nombreux articles à ce sujet dans NatureBio Dental et dans mes diverses publications.
C’est donc un travail d’information et de formation qui pourra, petit à petit, transformer les choses et faire remonter ce pourcentage proche des 100 % dans les 10 années qui arrivent.
 
La visite annuelle chez le dentiste
 
64 % des sondés se rendent chez leur chirurgien-dentiste au moins une fois par an. Mais la question qui n’a pas été posée c’est : allez-vous chez le dentiste pour un contrôle de routine, ou allez-vous chez le dentiste parce que vous avez mal ?
Désirez-vous prendre soin de votre bouche de manière préventive ou c’est une douleur urgente qui vous fait décrocher votre téléphone ? Donc je suis très sceptique sur ces 64 % et de toute façon il est évident que ce pourcentage ne pourra qu’augmenter lorsque de plus en plus de personnes auront conscience de la répercussion sur leur santé de leur problème dentaire. Tout cela est une question de compréhension, de conscience, qui, si elle n’a pas été inculquée dès l’enfance, doit se mettre en place dans un processus d’apprentissage et de cohérence par rapport à notre choix de vie.
 
Le brossage dentaire
 
Il en est de même pour le brossage : 23 % des français se brossent les dents moins de 2 fois par jour c’est-à-dire soit 1 seule fois, soit pas du tout ! 53 % n’utilisent jamais le fil dentaire qui est pourtant le seul instrument qui permette de nettoyer entre les dents de manière efficace en association avec la brossette inter dentaire en cas de maladie parodontale. Lorsque l’on sait que 80 % des caries démarrent entre les dents, vous imaginez l’importance de passer son fil dentaire quotidiennement. Je vous rappelle que le fil dentaire se passe tous les soirs avant le brossage.
 
Ces signes qui devraient vous inquiéter
 
Ce sondage confirme également que les dents sensibles au froid ou les saignements de gencives ne sont pas interprétés comme des maladies dentaires, donc ne motivent pas de rendez-vous. Comme je l’ai souvent écrit dans mes articles, « Saigner des gencives, ce n’est pas normal » car même dans mon cabinet j’entends beaucoup trop de patients déclarer le contraire.
 
Être en bonne santé ça veut dire quoi ?
 
Dans la suite du sondage on apprend que 7 français sur 10 se déclarent en bonne ou très bonne santé, ce n’est pas si mal que ça, mais le sondage ne précise pas si c’est la santé en général ou la santé bucco-dentaire. En tout cas, en ce qui concerne les dents, j’ai pu faire le constat suivant : si les patients n’ont pas mal et n’ont pas de souvenirs traumatisants de leurs soins dentaires, même s’ils en ont eu beaucoup, ils vont affirmer avec conviction qu’ils ont de bonnes dents, qu’ils n’ont aucun problème dentaire, que tout va bien. Par contre lorsque je regarde leur radio panoramique ou lors d’une auscultation, je constate bien souvent qu’il manque 1 ou plusieurs dents, que plusieurs dents sont dévitalisées, certaines sont reconstituées par des amalgames contenant du mercure, des dents ou des couronnes sont cassées, ébréchées, usées sans parler des caries indolores mais bien présentes. Cela montre la distance entre les ressentis et la réalité clinique.
 
Une approche préventive des dentistes
 
D’où l’importance de nos approches médicales holistiques et naturopathiques, tant au niveau dentaire que dans la santé générale, pour comprendre notre état de santé global et agir en prévention. Le corps a la capacité de supporter beaucoup de choses, mais comme nous sommes soumis aux lois de cause à effet, cela ne peut se faire sans des conséquences sur notre santé à long terme.  
Pour ne parler que de ma spécialité, je peux vous assurer que l’on vit mieux son 3ème et 4ème âge avec de bonnes dents que sans dents ! Ne serais ce que pour vous préparer de vieux jours beaucoup plus doux, je vous conseille de prendre soin dès à présent de vos dents.
 
La santé des français n’est pas au top
 
Une étude de l’European Health Interview Servey, montre que 70 % des français se disent en bonne santé tandis que 23 % s’estiment seulement en assez bonne santé et que 7 % se disent en mauvaise ou très mauvaise santé. 40 % des répondants évoquent un problème de santé chronique, cela montre que 10 % des personnes se disant en bonne ou très bonne santé ont quand même un problème de santé chronique qu’ils minimisent puisqu’ils pensent que ce problème n’altère pas leur santé.
 
Ces 40 % sont quand même de 5 % supérieurs par rapport à la moyenne des autres pays européens. 26 % se plaignent d’une limitation dans leurs activités quotidiennes due à ces problèmes de santé chronique. La catégorie socio professionnelle qui semble avoir la santé la plus dégradée, 47 %, sont les agriculteurs, devant les employés, les ouvriers et les artisans commerçants. La différence entre les sexes est également à remarquer. Par exemple 1 femme sur 10 présente un syndrome dépressif alors que ce n’est le cas que pour 1 homme sur 20.
Addictions et santé
 
46 % de la population est en surpoids, dont 15 % en réelle obésité. 28 % des personnes fument dont 22 % quotidiennement soit un taux de fumeurs supérieur à la moyenne des pays européens. La France se classe au 15ème rang, mais est en 6ème position si l’on prend uniquement en compte les femmes fumant quotidiennement. Là aussi tabagisme et obésité varient fortement selon les catégories socio professionnelles au détriment notamment des ménages d’ouvriers. On constate également dans les milieux alternatifs et de développement personnel que l’arrêt du tabac et la perte de poids sont les 2 décisions majeures dans lesquelles les personnes s’engagent pour commencer leur nouvelle vie. Cela a bien sur des conséquences favorables sur la santé buccodentaire sachant que l’obésité et le tabac sont souvent associés à des problèmes parodontaux, c’est-à-dire des problèmes de gencives graves mettant en péril l’avenir des dents.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *