Huiles essentielles : alternatives aux antibiotiques

par | 4 Avr 2017 | Articles, Médecines Naturelles | 0 commentaires

La résistance bactérienne aux antibiotiques est un grave problème de santé publique. Elle est à l’origine d’hospitalisations prolongées et entraine des dépenses médicales importantes et augmente le taux de mortalité. Selon l’OMS, en 2015, la résistance aux antibiotiques atteint désormais des proportions dangereuses dans toutes les régions du monde.
 
L’antibio-résistance est un phénomène inéluctable. Il est accéléré par l’usage abusif et excessif des antibiotiques mais aussi par de mauvaises pratiques de prévention et de luttes contre l’infection.
Antibiothérapie de confort
Au cabinet dentaire également, les prescriptions d’antibiotiques sont très nombreuses. Les antibiotiques sont donnés abusivement en prévention mais également systématiquement pour traiter les symptômes d’infections chroniques, récidivantes. La réelle cause de l’infection n’est pas toujours traitée pour des raisons financières ou d’incompréhension de la situation. On pense que si l’infection a disparu on est soigné ce qui est faux. On a juste caché le symptôme qui réapparaitra dans quelques mois, mais en attendant, le corps continue à être intoxiqué par des toxines de manière chronique et augmente sa résistance aux traitements.
Antibiothérapie alimentaire
On parle d’utilisation abusive et inappropriée d’antibiotiques en médecine humaine, mais le plus grave est que dans l’agroalimentaire, l’utilisation de grandes quantités d’antibiotiques est systématique. L’alimentation animale et l’agriculture participent activement à cette mutation des bactéries et à cette apparition de résistances. La viande et les poissons d’élevages ont des antibiotiques à large spectre à chaque repas. La terre des champs agricoles est polluée par les engrais chimiques mais également par des antibiotiques, afin de prévenir d’éventuelles maladies qui détruiraient les récoltes. Toutes ces pollutions et médicaments sont transmis à l’homme qui mange viande et légumes, augmentant ainsi les résistances par contact permanent. Les bactéries étant quasiment en permanence en contact avec les antibiotiques, finissent par s’y habituer, à devenir résistantes rendant le médicament totalement inactif.
Les huiles essentielles antibactériennes
En alternative aux antibiotiques, l’utilisation des huiles essentielles est peut-être l’avenir. En effet, les huiles essentielles sont très concentrées en principes actifs. L’activité anti bactérienne est l’activité des huiles essentielles la mieux étudiée d’un point de vue scientifique et la plus utilisée. Comme on fait un antibiogramme pour détecter l’antibiotique le plus actif sur la souche bactérienne prélevée chez un malade, on peut faire un aromatogramme pour évaluer l’huile essentielle la plus active sur le germe du patient à traiter.
Principes actifs des huiles essentielles antibactériennes
  • Les aldéhydes : ce sont des molécules à large spectre, des anti bactériens très puissants. Par exemple l’huile essentielle de Cannelle de Ceylan écorce et l’huile essentielle de Cannelle de Chine
  • Les phénols : dans lesquels on trouve 3 molécules distinctes :
    • Le carvacol avec l’huile essentielle d’Origan Compact et l’huile essentielle de Sarriette des montagnes  
    • Le thymol avec l’huile essentielle de Thym à Thymol et l’huile essentielle d’Ajowan
    • L’eugénol très connu chez les dentistes avec l’huile essentielle de Giroflier et l’huile essentielle de Cannelle de Ceylan feuille
  • Les monoterpénols avec l’huile essentielle de Ravintsara, l’huile essentielle de Palmarosa, l’huile essentielle de Thym à Tujanol, l’huile essentielle de Tea Tree et l’huile essentielle de Menthe Poivrée. Ces monoterpénols ont une activité anti infectieuse légèrement plus faibles que les phénols mais aussi une toxicité plus faible notamment vis-à-vis de la peau et des muqueuses. Il est donc intéressant d’utiliser des monoterpénols quand on les utilise pour faire des bains de bouches en association avec l’huile de noix de coco ou de sésame par exemple.
Les huiles essentielles plus fortes que les bactéries
La grande complexité des composants chimiques présents dans les HE rend extrêmement difficile le développement de résistances, contrairement aux antibiotiques qui ne sont composés souvent que d’une seule molécule. Les huiles essentielles contenant des phénols et celles avec des aldéhydes aromatiques sont utilisés en phase aiguë, lors de traitements courts alors que les huiles essentielles contenant des monoterpénols sont plutôt conseillées en traitement de fond.
Girofle, l’huile essentielle des dentistes
Les dentistes utilisent l’eugénol qui est un principe actif de l’huile essentielle de clou de girofle. Il a des vertus antalgiques, c’est-à-dire anti douleur. Mais il a une activité thérapeutique beaucoup moins importante et beaucoup moins efficace que l’huile essentielle de clou de girofle dans sa totalité qui avec la synergie  de ses principes actifs est aussi anti infectieuse. C’est un anti bactérien à large spectre. L’huile essentielle de clou de girofle est également anti virale, anti fongique, anti parasitaire et c’est un stimulant général. Les dentistes holistiques utilisent l’huile essentielle de clou de girofle bio.
Je vous conseille de vous procurer « Ma bible des huiles essentielles » de Danielle Festy afin de pouvoir adapter la posologie de ces huiles essentielles à chaque cas clinique.

Les huiles essentielles sont très actives et ne doivent pas être prises à la légère. Attention aux enfants et aux femmes enceintes et allaitantes.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *