Intoxication au mercure : comment se protéger ?

par | 9 Mai 2016 | Articles, Dents et santé | 0 commentaires

Le mercure est un toxique, tout le monde le sait pourtant, il y en a partout autour de nous et pas uniquement dans les amalgames dentaires qui reconstituent les dents cariées. Impossible de l’éviter !

 

Mercure et industrie

En raison de ses propriétés chimiques uniques, durant de longues périodes le mercure a été utilisé dans une grande variété de produits. Actuellement, il est le plus souvent utilisé pour la confection d’appareils électriques et électroniques, d’interrupteurs et de commutateurs (y compris certains thermostats) et de relais, d’appareils de mesure et de contrôle, de lampes électriques fluorescentes ayant un bon rendement énergétique, de batteries et piles.

 

Mercure dans les cosmétiques

De plus petites quantités de mercure sont utilisées dans certains appareils de laboratoire et pour la fabrication de certains cosmétiques, de produits pharmaceutiques.

Dans certaines régions du monde où les femmes utilisent des cosmétiques, crèmes et savons dans l’espoir d’éclaircir leur peau, on constate souvent que ces produits contiennent du mercure sous forme de composés pharmaceutiques ordinaires. On retrouve aussi du mercure dans les eyes-liners et les mascaras.

Le mercure que contiennent les cosmétiques peut avoir des effets néfastes dont des éruptions cutanées (dermatites de contact et acnés), la décoloration lors de la cicatrisation de la peau (dyschromie post-inflammatoire) et peut réduire la résistance de la peau aux affections provoquées par des bactéries et des champignons.  Une exposition directe et prolongée par voie cutanée lors des nombreuses applications peut endommager le cerveau, le système nerveux et les reins.

 

Mercure au quotidien

Dans certains pays, l’oxyde mercure est utilisé dans les peintures comme pigment rouge, tandis que le mercure est parfois utilisé dans les peintures comme fongicide, préservateur ou agent antirouille. On continue d’utiliser le mercure comme biocide dans les foyers et dans l’industrie (peintures, colles, produits de préservation du bois), dans l’industrie du cuir (solutions de tannage), dans l’agriculture (pour la protection des semences) et dans l’industrie du bois de pâte à papier.  Certains bijoux contiennent aussi du mercure. Le tabac des cigarettes contient des agents de saveur contenant du mercure.

Mercure dans les dents

C’est le fameux « plombage » gris, qui en fait, ne contient pas de plomb mais 50 % de son volume est constitué de mercure, les autres 50 % sont un mélange de métaux (argent, cuivre, étain, zinc).

Le conseil de l’ordre des dentistes minimise les accusations en disant que grâce à la présence d’argent, le mercure ne s’évapore pas dans la bouche !

Mais des tests, avec des appareils qui peuvent mesurer les vapeurs dans la bouche des personnes dont les dents sont soignées avec de l’amalgame, montrent des taux nettement supérieurs aux normes admises. Ces émanations augmentent lors de la mastication et lors de l’ingestion d’aliments chauds (au-dessus de 40°).

Pollutions au mercure

Le mercure passe à l’état de vapeur dans l’air que l’on respire par l’élévation de température. Il retombe ensuite sur le sol, la terre et les océans. Il pollue ainsi la chaine alimentaire en intoxicant les animaux et les plantes que mangent les humains.

Les principales sources de pollution sont :

  •     Combustion du charbon aux USA
  •     Incinération des ordures contenant des déchets mercuriels
  •     Crémation de personnes ayant des amalgames dentaires
  •     Orpaillage illégal en Amazonie
  •     Dégazage des couches internes terrestres
  •     Combustion du Pétrole
  •     Intoxication aigue au mercure
Si vous cassez une ampoule (dite) économique, si vous cassez un thermomètre au mercure, ou si vous vous faites enlever un amalgame sans précaution, vous risquez une intoxication aiguë au mercure avec comme signes chimiques :
  •     Irritation des voies respiratoires
  •     Brûlures de la bouche et de l’estomac
  •     Goût métallique dans la bouche
  •     Hyper salivation
  •     Diarrhées sanglantes
La pièce doit alors être bien aérée et décontaminée par une société spécialisée. Le patient intoxiqué doit s’adresser à un service hospitalier de toxicologie.

Intoxication chronique au mercure

C’est quand l’ingestion de mercure a été progressive par l’alimentation (poissons), le tabac ou la présence de vapeurs de mercure sur le lieu de travail ou d’habitation (assistantes dentaires et dentistes).

  •     Céphalées, maux de tête
  •     Vertiges
  •     Fatigue chronique
  •     Troubles du sommeil
  •     Tremblements
  •     Rougeurs cutanées, urticaires
  •     Changements d’humeur inexpliqués
L’intoxication au mercure entre dans le cadre des intoxications aux métaux lourds. Un traitement de fond avec un médecin spécialisé en chélation des métaux lourds doit être entrepris.
 
Que faire en prévention ? 
  •    Refuser la pose d’amalgames au mercure
  •     En cas de dépose d’un amalgame, exiger une dépose « sécurisée ». Ne pas faire enlever tous ses amalgames.
  •     Prendre, après une dépose d’amalgame, et régulièrement pendant l’année, des compléments alimentaires qui évacuent les métaux lourds. On les appelle des chélateurs.
  •     Ajouter à votre alimentation, ail des ours, miso, l’agar-agar, psyllium, des algues, la spiruline, la coriandre.
  •     Vitamine C et phosphore à haute dose.
  •     Eviter de manger les gros poissons (thon, marlin, espadon)
  •     Arrêter de fumer
  •     Prendre régulièrement des multi vitamines et multi minéraux
  •     Manger bio, sain et équilibré.
  •     Cures à faible doses mais sur le long terme (augmenter progressivement) de Chlorella, Lamina Japonica, Antioxydants.
  •     Cures d’Argile
  •     Lait de jument

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *