Glutamate et maladie parodontale

par | 7 Mar 2017 | Articles, Dents et santé | 0 commentaires

Le glutamate mono sodique est un poison lent. Il n’a pas un impact direct sur la gencive mais ses conséquences sur la santé met en place un métabolisme propice à la maladie parodontale, aggrave une maladie parodontale existante et empêche une cicatrisation malgré les traitements mis en place.
 
Glutamate : obésité et diabète
 
John ERB, qui a écrit un livre appelé « L’empoisonnement lent de l’Amérique », lors de recherches qu’il a mené à l’université de Waterloo en Ontario au Canada, a fait des découvertes étonnantes concernant ce produit. Selon lui, le MSG serait le produit chimique causant une épidémie d’obésité massive. En effet la présence de MSG dans l’alimentation triple la quantité d’insuline que le pancréas sécrète. Cela bien sur favorise l’obésité mais surtout provoque l’apparition de diabète.
 
Glutamate et maladie des gencives
 
Les personnes obèses et diabétiques, car cela va souvent de pair, ont comme signe secondaire de leur métabolisme déréglé, une inflammation gingivale chronique et permanente qui s’associe avec une perte osseuse en cas de présence de plaque bactérienne ou de déséquilibre occlusal. Quand la maladie est installée chez ces personnes, elle s’associe à une destruction osseuse très rapide à cause d’une acidose importante et le corps n’a plus les ressources pour freiner cette destruction.
 
Glutamate et destruction du cerveau
 
En plus de cette action sur le pancréas, on s’est rendu compte que le glutamate excite les papilles mais surtout le cerveau. Ces effets sont dus au fait que le glutamate favorise l’excitation des neurones dont il peut même provoquer la mort.
 
Glutamate et addiction
 
Ceci crée une dépendance au même titre que le tabac ou encore les drogues. Il est par exemple responsable de l’envie irrésistible de terminer un paquet de chips ou tout autre aliment contenant une forte proportion de glutamate. Ceci induit également le phénomène du grignotage par addiction alimentaire ce qui favorise les caries dentaires et aggrave la maladie parodontale.
 
Glutamate et troubles cognitifs
 
Le glutamate est qualifié par les experts d’ « excitotoxine » et par son action délétère sur les cellules du cerveau, il peut aggraver des troubles psychologiques graves tels que la maladie de Parkinson ou la maladie d’Alzheimer. Ces personnes, déjà par les effets secondaires de cette maladie, ont des difficultés à entretenir correctement leurs dents, car la dextérité et l’application de ces personnes n’est plus optimale. L’état dentaire et gingival de ces personnes est souvent très dégradé.
 
Un poison bien dissimulé
 
Le glutamate monosodique (MSG) est un additif alimentaire qui entre dans tous les plats préparés et se cache sous différentes nominations qui font que de très nombreuses personnes l’utilisent sans le savoir. Même les restaurateurs et les industriels ne sont pas toujours bien informés et l’utilise sans imaginer les conséquences que cela peut avoir sur leurs clients. Le glutamate monosodique se cache derrière plus de 25 noms. Il est absolument impossible d’arriver, en lisant les étiquettes, à savoir si ce produit contient ou non du glutamate. Le terme de protéine végétale hydrolysée est souvent employé par les restaurateurs et en fait ce n’est rien d’autre que du glutamate monosodique sous un autre nom.
 
Le glutamate : la poule aux œufs d’or de l’agro-alimentaire

 

Tous les fast-food utilisent le glutamate monosodique en grande quantité : Burger King, Mc Do, et surtout KFC dans lequel on retrouve du MSG dans tous ses produits, autant le poulet que les sauces salade et même leurs fameuses épices secrètes. Une des raisons pour laquelle le glutamate est utilisé en plus de son rôle d’exhausteur de gout, c’est l’effet dépendance qu’il provoque. Les fabricants eux-mêmes admettent qu’ils rendent les gens dépendant de leurs produits. Non seulement il a été scientifiquement prouvé que le MSG provoque une dépendance comme la cigarette mais il entraine aussi l’obésité. Depuis son introduction dans l’alimentation américaine, le MSG a été ajouté de façon sournoise en de plus en plus grande dose dans tous les plats préparés et les effets secondaires du glutamate sont connus depuis longtemps mais bien sûr ne sont pas dévoilés au public.

Le syndrome du restaurant chinois

Les restaurants chinois utilisent en grande quantité le glutamate qui serait responsable d’un ensemble de symptômes apparaissant suite au repas que l’on appelle le syndrome du restaurant chinois : rougeur cutanée sur le cou ou le visage, sensation de brulure, palpitation ou tachycardie, démangeaisons, yeux injectés de sang, nausée ou vomissement, céphalée.
Le glutamate étant dans la majorité des plats transformés, il convient donc de prêter attention aux étiquettes, de détecter ou d’éliminer tout ingrédient contenant potentiellement du glutamate. Préférez les aliments estampillés sans GMS car la lecture des étiquettes n’est pas évidente.
 
Le glutamate déguisé
 
Voici les termes employés : glutamate monosodique, acide glutamique, glutamate mono potassique, huile, graisse végétale ou protéine hydrogénées, casemates de sodium ou de calcium, levures rajoutées ou extraits de levure.
Les autres termes utilisés en anglais sont : accent, aginomoto, natural meat tenderizer (attendrissant de viande naturelle),…  il est choquant de voir jusqu’à quel point la nourriture dont nous nous alimentons (ainsi que nos enfants) chaque jour est imprégnée de cette substance.
 
Sauvez votre santé !
 
Pour notre santé vous comprenez l’importance de manger des aliments sains et naturels préparés directement chez vous, mais surtout en cas de maladie parodontale et si vous désirez sauvez vos dents, il y a urgence à arrêter systématiquement tous les produits préparés car la réalité c’est qu’avec tous les termes employés pour qualifier la même chose il est impossible de savoir si votre alimentation contient du glutamate. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *